Vacances scolaires du 11 au 26 février 2017

Mardi 14 février 2017 à 15h
à Orléans – Cercil - Musée Mémorial des enfants du Vel d'Hiv

/// Atelier
La négation de l’homme dans l’univers concentrationnaire nazi

Cet atelier, ouvert à tous à partir de 14 ans, invite à réfléchir au processus de déshumanisation des victimes des camps nazis. C’est d’abord la manière dont les bourreaux ont voulu les priver de leur humanité, par l’humiliation, la violence absurde ou la destruction. C’est également la façon dont les victimes ont su résister au sein de l’univers concentrationnaire, conserver leur identité et plus tard témoigner pour que l’on n’oublie pas ce qu’ils avaient été : des hommes, des femmes et des enfants.

Tous publics à partir de 14 ans
En lien avec le Concours National de la Résistance et de la Déportation 2017

Jeudi 16 février 2017 à 15h
à Orléans – Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d'Hiv

/// Visite
Visite commentée du Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv
par Christophine Jacquez, médiatrice pédagogique au Cercil.


Mardi 21 février 2017 à 15h
à Orléans – Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d'Hiv

/// Projection
Au revoir les enfants
Film de Louis Malle, Gaumont France, 1h42, 1987

En 1944, près de Fontainebleau, Julien et son frère, François, sont pensionnaires dans un collège catholique dirigé par le père Jean. Le religieux accueille dans l’établissement plusieurs enfants juifs sous de fausses identités. L’un d’eux, Bonnet, se retrouve dans la classe de Julien. Entre les deux garçons, les rapports sont d’abord compliqués. Puis Julien découvre le secret de Bonnet et devient son ami.


Jeudi 23 février 2017 à 15h
à Orléans – Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d'Hiv

/// Visite commentée
Les archives de l’abbé Leduc, Beaune-la-Rolande, 1941-1945
par François Maurin, du Service des archives historiques de l’évêché d’Orléans et Nathalie Grenon, directrice du Cercil.
Mercredi 8 février 2017 à 18h30
à Orléans – Cercil-Musée Mémorial

/// Conférence

La République à l’épreuve des peurs 
par Anne-Claude Ambroise-Rendu, professeure en Histoire contemporaine - Université de Versailles-Saint-Quentin et membre associé au Criham et Guillaume Neveu, doctorant en sociologie, Université de Rouen, autour du livre La République à l’épreuve des
peurs - De la Révolution à nos jours, PUR, 2016.

La 6e édition du Festival d’histoire et d’analyse des médias, Les Médiatiques, invite à une réflexion sur les liens ténus qui existent entre médias, émotions et violences politiques. En s’appuyant sur les apports d’un ouvrage récent La République à l’épreuve des peurs, cette rencontre invite plus spécifiquement à questionner la relation qu’a pu entretenir la République avec la peur aux XIXe et XXe siècles. En quoi la peur a-t-elle pu constituer une ressource ou un danger pour la construction de la République ? Quels rôles jouent les médias dans la production, le contrôle ou l’instrumentalisation des peurs ? En quoi l’approche historique des liens entre médias, peurs et République est-elle  susceptible d’éclairer la situation des sociétés démocratiques contemporaines ?

Modération de la rencontre : François Barré, responsable des Cafés historiques en Région Centre-Val de Loire.

Organisée avec le Réseau des Cafés historiques en région Centre-Val de Loire dans le cadre du Festival Les Médiatiques. La 6e édition du Festival Les Médiatiques se tiendra à Orléans du 6 au 12 février 2017 autour de la thématique « Médias, émotions et violences politiques : quels défis pour les sociétés contemporaines ? »
Mardi 7 février 2017 à 18h
à Orléans – Cercil-Musée Mémorial

/// Conférence

La destructivité humaine
par Gérard Rabinovitch, philosophe et sociologue, directeur de l’Institut européen Emmanuel Levinas (AIU). Chercheur associé au CRPMS, Université Denis-Diderot Paris VII et auteur de nombreux ouvrages dont Terrorisme/Résistance, d’une confusion lexicale à l’époque des sociétés de masse, éd. Le Bord de l’eau, 2014.

Le moment nazi demeure une énigme dont le monde contemporain reste saisi. Mais la persistance de cette énigme ne tient-elle pas à l’insistance de la pensée sociologique et philosophique à construire le nazisme comme un monstre conjoncturel de la Modernité ? En examinant les modes opératoires du nazisme puis ceux du génocide rwandais, en soulignant la parenté entre nazisme et monde mafieux, en invitant enfin à éclairer la permanence de ce « Mal radical » à la lumière des remarques de Freud sur la destructivité, cet ouvrage montre qu’à l’irréductible noyau de barbarie qui hante le genre humain doit faire barrage un travail de civilisation fondé sur l’axe d’une éthique de la désillusion.

Modération : Agathe Laurent, professeure missionnée au Cercil par l’Éducation Nationale.

Informations et réservations : 02 38 42 03 91. 
Mardi 31 janvier 2017 à 18h
à Orléans – Cercil-Musée Mémorial

/// Rencontre

Pourquoi les images d’Alep n’ont pas changé le monde ?
avec André Gunthert, maître de conférences en histoire visuelle à l’EHESS et spécialiste de la culture visuelle, Manar Bilal, photographe, et Rania Hamour, journaliste à Orient TV.

Après trois années dans les camps de réfugiés syriens, le photographe Manar Bilal nous livre dans l’exposition présentée à la Scène nationale, les luttes quotidiennes et les défis auxquels les Syriens sont confrontés. Il souhaite à travers ses photographies, décrire le désastre humanitaire qui a coûté la vie à des dizaines de milliers de Syriens. «Photographies et vidéos du conflit pleuvent, comme les bombes. Comment expliquer que ces images ont été incapables de nous faire réagir, à l’inverse des célèbres icônes qui, elles, ont comme chacun sait “changé le monde”?», André Gunthert.

Autour de l’exposition de Manar Bilal « A great expectation » présentée du 12 janvier au 6 février 2017 au Théâtre d’Orléans.

Traduction franco-arabe : Ahmed Bouissan
Dimanche 29 janvier 2017 à 15h
à Orléans – Cercil-Musée Mémorial

/// Visite commentée

Les archives de l’abbé Leduc, 
Beaune-la-Rolande, 1945-1941
par François Maurin, du Service des archives historiques de l’évêché d’Orléans et Nathalie Grenon, directrice du Cercil.

à 16h
/// Projection

L’engagement
Film de Michèle Massé, ANA Films, 52 min. France, 2010

Le 8 juin 1942, Josèphe Cardin, adolescente catholique, porte l’étoile jaune par révolte contre le régime de Vichy. Elle est arrêtée par la police française et incarcérée à la prison des Tourelles, puis au camp de Drancy, au motif d’être « amie des Juifs ». Pendant son incarcération, elle s’occupe des enfants avant leur départ pour Auschwitz. Libérée fin août 1942, elle entre dans la résistance. En mars 1943, elle aide Yvonne Netter, qui vient de s’évader du camp de Pithiviers, à regagner Paris. Michèle Massé nous raconte le destin hors du commun d’une héroïne, celui de sa mère, Juste parmi les nations depuis 1992.

Ce film a reçu le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah